Lead-analytics

Cloud computing : mission recentrage | Cloud
Lost Password?

A password will be emailed to you. You will be able to change your password and other profile details once you have logged in.

Cloud computing : mission recentrage

Peu de chance, dans les grandes entreprises, de voir un jour un système d'information 100% cloud (public, s'entend). Pour autant, utilisé avec parcimonie et sur les applications non critiques, il peut permettre à la DSI de se reconnecter avec sa mission première : la création de valeur à destination du métier.

D'une certaine façon, le cloud fait toujours débat. D'un côté il y a les pros. De l'autre côté les antis. Si l'échange d'idées occupe le temps, il peut s'avérer aussi parfois stérile si chacun campe sur ses positions, incapable d'écouter les arguments de l'autre. En écoutant bien, les arguments sont globalement toujours les mêmes : là où certains pensent immédiatement souplesse et agilité, les autres leur rétorquent coût mensuel incompressible (et non amortissable), perte de contrôle et sécurité incertaine.

Et si, au final, chacun avait en partie raison ? Car, en fonction du point de vue adopté, chacun de ces arguments est parfaitement recevable. En réalité, tout est une question d'équilibre : utilisé à bon escient et dans les limites que l'entreprise se fixe quant au périmètre à extraire du SI « purement » interne, il peut offrir un seconde jeunesse à la DSI. Limites. Le mot est lâché. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : où arrêter « l'intrusion » du cloud dans le système d'information ? C'est la question que se posent en substance de nombreuses DSI aujourd'hui.

 

Le métier au cœur des choix

Pour la DSI, quel intérêt de recourir au cloud ? Simple : le déplacement de la gestion applicative et du stockage vers le prestataire. Trop, ce serait donc le chômage technique assuré ! Et la très forte dépendance de l'entreprise vis-à-vis de ce ou ces prestataires. Trop peu, ce serait aussi ne pas profiter, justement, de la souplesse et de l'agilité permises par ce nouveau mode de consommation de l'informatique.

Après quelques années de tâtonnement des DSI, la perspective qui semble se dessiner aujourd'hui est une migration des applications support vers l'extérieur (le Cloud) et la conservation des applications cœur de métier et/ou critiques en interne. Débarrassée de ces encombrants et chronophages outils de base (bureautique, messagerie...), la DSI peut ainsi se concentrer sur son vrai métier : apporter des solutions adaptées au métier. Une création de valeur pour proposer à l'entreprise des outils offrant de véritables avantages concurrentiels conformément à la croissance et aux objectifs stratégiques de l'entreprise.

 


Partager cet article




Sur le même sujet...

Aucun Commentaire